Accueil Actu #Nobra : Quand les seins se libèrent

#Nobra : Quand les seins se libèrent

hashtag #Nobra

Si tu es connectée sur les réseaux sociaux, tu auras peut-être déjà vu passer ce hashtag : #Nobra.

Pour remettre les choses au clair, bra signifie soutien-gorge en anglais. Si le hashtag a surtout été popularisé par les Américaines ces dernières années, l’idée de libérer les seins n’est pourtant pas récente.

Voyons ensemble ce qui se cache derrière ce hashtag !

#Nobra : Quand les seins se libèrent

Le No bra, un mouvement libérateur pacifiste

Qu’on se le dise, à partir du moment où la jeune fille a les seins qui poussent, il est quasiment obligé pour elle de se mettre à porter un soutien-gorge.

Bah oui maintenant que tu deviens une femme. Le tout sans vraiment se poser de question, puisque c’est le cours normal des choses. La faute aux conventions sociales sans doute.

Nos aînées ont souffert du port du corset bustier, qui a fini par disparaître avec le temps. Leur digne successeur, qui est le soutien-gorge, n’est pas pour autant mieux vu, au contraire. Il apparaît pour certaines comme une forme d’oppression, une main mise du patriarcat sur la condition féminine.

Des femmes se sont toujours battues pour se libérer de cette lingerie bien trop gênante à leurs yeux. Le #Nobra se veut réclamer la liberté d’évoluer avec son corps comme on le souhaite.

Les revendications des seins

Le but n’est pas d’imposer à toutes le non-port du soutien-gorge, loin de là ! En revanche, comme tout mouvement, il permet de mener une réflexion personnelle sur sa propre condition. Est-ce que l’on agit pour faire comme tout le monde ou en étant pleinement en accord avec ses principes ?

Les femmes célèbres, ou non, s’emparent de ce hashtag pour expliquer leur démarche. Cela montre l’exemple, informe et banalise (plus ou moins) le mouvement. Alors le No bra c’est quoi ? C’est plus de confort et de liberté. Chaque poitrine est belle comme elle est, avec sa forme unique et il s’agit de commencer à l’aimer comme telle.

Combattre les idées reçues

Avec ou sans armature, malgré la bonne taille de bonnet, la sensation de compression est présente. Oui, il est possible de s’y habituer. Fais le test quelques jours pour débuter, par exemple pendant les vacances pour être plus à l’aise. Tu verras ensuite qu’en le reportant, l’inconfort sera omniprésent.

Certaines femmes n’ont qu’une hâte, dégrafer leur soutien-gorge quand elles rentrent chez elles. Ce n’est pas normal !

De nombreuses questions fusent quand le #Nobra est évoqué. Les seins vont pendre, les tétons sont apparents, le combat petite poitrine versus grosse poitrine n’est pas le même…

Le corps se débrouille merveilleusement bien tout seul pour maintenir en forme ce qu’il a à maintenir et on est tous fait pareil. Pourquoi le téton d’une femme sous un t-shirt serait plus gênant que le téton d’un homme ?

L’essentiel à retenir est que la femme s’occupe de sa poitrine comme elle l’entend, sans prendre en considération le regard des autres. Avec ou sans soutien-gorge, toujours dans le respect de soi.

Autres articles :