Véritable monument de la chanson française, Daniel Balavoine n’est presque plus à présenter.

L’artiste nous quitte à l’âge de 33 ans dans un accident d’hélicoptère, laissant derrière lui un patrimoine artistique inoubliable, avec des tubes comme Le Chanteur et Mon fils ma bataille.

Mais connaissez-vous ces petites anecdotes aussi bien que les paroles de ses chansons ?

Anecdotes sur le chanteur Daniel Balavoine que vous ignorez

Son rêve d’enfant : devenir député

Tous les jeunes gens rêvent d’un avenir glorieux. Si nombre d’entre eux s’imagineraient bien être chanteur, Balavoine, lui, se destinait d’abord à devenir… député !

Dès le lycée et encore plus avec les événements de mai 68, les idées et l’engagement démocratiques de l’artiste l’avaient d’abord poussé sur la voie de la politique.

Le péché mignon de Daniel Balavoine : les Beatles

Le mythique groupe de rock était en fait la plus grande inspiration de Daniel Balavoine. Il avait même révélé à la presse qu’il aimait régulièrement écouter leurs chansons à longueur de journée pour retrouver sa bonne humeur. Il appelait cela ses « journées Beatles ».

Son humour à toute épreuve : « Mon slip à ma taille »

Lors de ses tournées en 1982, le chanteur était prêt à tout pour faire rire ses musiciens. Selon Fabien Lecoeuvre, en plein concert, Balavoine décide de parodier les paroles de ses propres chansons : il transforme notamment « mon fils ma bataille » en « mon slip à ma taille » à l’insu de ses fans et pour le plus grand bonheur de son équipe.

Sa chanson négligée : Je ne suis pas un héros

Je ne suis pas un héros avait d’abord été écrite par Balavoine pour Johnny Hallyday. Or, ce dernier n’y a pas accordé autant d’importance que l’auteur aurait voulu, et la chanson a fini étouffée dans un album. Balavoine a donc interprétée lui-même sa chanson dans l’album Un autre monde.

Son hommage poignant à sa femme : L’Aziza

Si l’on connaît aujourd’hui L’Aziza comme une chanson d’amour, Balavoine l’a écrite à l’origine pour Corinne, sa compagne d’origine juive marocaine.

Avec la montée brutale du FN en 1984 qui obtient 10% des suffrages aux élections européennes, le chanteur est révolté et inquiet pour la situation de sa femme. Il transcrit alors sa colère en chanson.

Sa fille qu’il n’a jamais connue : Joana

La mort accidentelle du chanteur en 1986 l’a privé de la rencontre avec sa fille Joana, née quatre mois après le décès brutal de son père.

Son père, sa bataille, pourrait-on d’ailleurs dire, puisque la jeune femme a connu des difficultés pour pouvoir porter le nom de Balavoine : c’est ce qu’elle confie dans son interview à Paris Match lorsqu’elle sort de l’anonymat, fin 2015.

Les meilleures chansons de Daniel Balavoine en vidéo