Accueil Actu 4 années d’attente avant d’avoir su que ce couple chinois n’usait pas...

4 années d’attente avant d’avoir su que ce couple chinois n’usait pas de la bonne méthode pour faire un enfant

bonne méthode pour faire un enfant

Ignorance ou infertilité ? Il a fallu l’intervention d’une gynécologue pour expliquer au couple chinois comment s’y prendre.

La bonne question à se poser est : Quelle place tient l’éducation sexuelle dans ce pays si développé ?

Ne pas avoir la bonne méthode pour faire un enfant

Chine : Quatre années d’attente avant d’avoir su que ce couple chinois n’usait pas de la bonne méthode pour faire un enfant.

Merci madame la gynécologue !

Heureusement que ce couple chinois a pensé à consulter une gynécologue pour étudier le cas. Quatre ans qu’ils essaient d’avoir un enfant, c’est long quand même ! Liu Hongmei, la gynécologue qui les a reçues, a conclu avec stupéfaction que la femme âgée de 24 n’était pas infertile.

La femme était encore vierge

Au contraire, elle était complètement apte à enfanter mais elle était encore vierge. Pourquoi donc ? Parce que l’homme et la femme n’utilisaient pas la bonne méthode pendant le rapport sexuel. En fait, ils ont opté pour des relations anales pour essayer d’avoir un enfant. Il était normal que la grossesse n’ait pas pu être déclenchée normalement.

Selon la spécialiste, le cas de ce jeune couple est assez exceptionnel mais qui n’est pas du tout étonnant en Chine. Ni l’homme ni la femme n’ont pas beaucoup de connaissances sur l’anatomie et le sexe proprement dit. Aucune éducation sexuelle ne leur était prodiguée depuis leur enfance. Grâce aux conseils et aux recommandations de la gynécologue, le couple attend finalement un heureux événement. Il a offert des cadeaux originaux à cette « bonne fée ».

Un tabou mal placé ?

Malgré qu’elle soit un pays ultra-développé, la Chine considère toujours le sexe comme un sujet tabou, à éviter et à ne pas en parler librement. Parents et enfants ne daignent pas échanger des mots à ce sujet. Pire, aucun établissement scolaire chinois n’ose introduire l’éducation sexuelle dans le programme scolaire.

Heureusement, à partir de 2015, des revendications menées par des journalistes et des étudiants ont changé progressivement la situation. Ces individus ont sollicité une remise en question sur les sujets tournant autour du sexe, auparavant interdits en Chine. Ce genre de manifestation a porté ses fruits.

L’état a pu constater l’erreur en ayant négligé l’éducation sexuelle auprès des jeunes et même des adultes. Suite à un projet de dépistage dans les divers centres médicaux, on a pu recenser plus de 110000 cas de VIH touchant particulièrement les jeunes chinois. Une bonne leçon à méditer !

Autres articles à lire :